Home > Projects > Une bourse pour Réussir
pic1

Pourquoi « Une Bourse Pour Réussir » ?

Le CSSF a initié «Une Bourse Pour Réussir» pour faire la démonstration d’une  approche simple, relativement peu coûteuse, pouvant facilement être dupliquée et rendant accessible le collège aux filles du milieu rural.

  • CONCEPT DU PROGRAMME

Le Programme repose sur la création, à proximité des collèges de l’enseignement public, de foyers qui accueillent des fillettes issues de zones fortement enclavées ou exemptes de collèges. Le financement du foyer est assuré par l’octroi d’une bourse d’un montant de 450 Dhs par mois et par fille, soit un total mensuel de 9000 Dhs qui permettent de régler toutes les charges du foyer (loyer, salaires des encadrantes, courses alimentaires, électricité …). L’effectif total de chaque foyer est plafonné à 20 filles afin d’assurer un encadrement de qualité. Cet encadrement est assuré par deux personnes : une encadrante, le plus souvent d’un niveau universitaire, chargée de la supervision des activités du foyer et des études des filles et une gouvernante chargée des tâches ménagères.

Sur le montant des bourses, le CSSF réserve une partie pour assurer des formations et un ensemble d’activités pour l’habilitation des bénéficiaires et le renforcement des capacités des associations partenaires. Ainsi de nombreuses formations sont organisées au profit des associations : formation en gestion et développement de projet et levée de fonds, gestion financière, résolution de conflits, hygiène et alimentation. Des tables rondes sont organisées régulièrement avec les différentes associations pour un partage de l’information et une meilleure coordination. De même qu’une partie des bourses est utilisée pour assurer un soutien scolaire aux filles, dont le niveau, généralement, est très en-dessous du niveau national, et leur donner ainsi toutes leurs chances aux examens régionaux de fin de collège.

  • ATOUTS DU PROGRAMME

La force du Programme «Une Bourse Pour Réussir» est de privilégier une approche communautaire et participative. En effet, les foyers sont créés en collaboration avec des associations locales partenaires, chargées de la gestion quotidienne du foyer. Une fois que la zone géographique d’implantation du foyer est identifiée, le CSSF procède à la sélection d’une association locale de développement œuvrant, soit pour les droits humains de la femme, soit dans le domaine de l’enseignement.
Le CSSF verse alors, sur une base trimestrielle, le montant des bourses, à l’association qui a pour charge de gérer le foyer. La gestion du foyer comprend la sélection des bénéficiaires, le recrutement et la supervision des encadrantes et la gestion des frais de fonctionnement du foyer.

  • RESULTATS DU PROGRAMME

A ce jour le bilan du Programme «Une Bourse Pour Réussir» compte plus de 2900 bénéficiaires, 51 foyers répartis sur 27 localités et un partenariat de collaboration avec 25 associations locales.

L’impact observé du Programme «Une Bourse Pour Réussir» est d’avoir créé une dynamique et une synergie locales grâce au fait qu’il s’agit d’un projet de proximité avec implication des parents, des acteurs locaux et bien sûr des bénéficiaires elles-mêmes. Le foyer d’accueil devient ainsi, dans de nombreuses localités, une composante de la vie communautaire.
.

  • OBSTACLES RENCONTRES

Le programme «Une Bourse Pour Réussir» a dépassé de nombreux obstacles, à savoir: la mobilisation des associations et de la communauté en général, les réticences et la méfiance des parents, l’absence totale d’activités parascolaires… Mais le programme Une Bourse Pour Réussir» se trouve confronté à des obstacles qui dépassent son mandat, notamment la faiblesse extrême du niveau scolaire, l’absence de préparation des élèves aux examens régionaux de fin de collège, l’absentéisme endémique des enseignants sans aucun intérim ni remplacement, l’absence de formation du corps enseignant sur les nouveaux programmes scolaires, la démotivation complète des professeurs.

  • LIMITES DU PROGRAMME

Si le Programme «Une Bourse Pour Réussir» peut contribuer à pallier certaines lacunes de notre système scolaire il reste totalement impuissant et démuni face à des défis qui relèvent du niveau national.  La nécessité de prendre à bras le corps la problématique de la scolarisation par une approche multidirectionnelle, structurelle et généralisée doit être l’urgence nationale numéro 1 afin de ne pas compromettre tous les efforts de développement entrepris par ailleurs.

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*